Christian Louboutin envahit le Design Museum de Londres.

Après le Crazy Horse c’est au tour du Design Museum of London de rendre hommage au plus connu des chausseurs parisiens. L’exposition qui se tient du 1 mai au 9 juillet 2012 retrace la carrière mais aussi les valeurs chères au créateur via la mise en lumière de nombreux modèles phares de la marque, ainsi que d’une partie de son processus de fabrication.

Les semelles rouges n’ont jamais fait autant parler d’elles, pour le plus grand bonheur de ce chausseur parisien dont la carrière a débuté il y’a une vingtaine d’années.

Plus que de simples icones de mode les stilettos Christian Louboutin sont devenues de véritables objets de désirs et de fétischisme dans le monde, alliant élégance, sensualité mais aussi et surtout reconnaissabilité. Car oui, les semelles rouges, ca le fait !

 

Quelle communication pour cette marque si particulière ?

Christian Louboutin s’est toujours refusé à faire de la communication de masse à proprement parlé, et a au contraire, toujours misé sur des moyens de promotion plus implicites et pointus destinés à des femmes adeptes de la mode, des jolies choses et plus globalement de l’intemporalité.

On se souvient par exemple des différents co-branding toujours très ciblés qu’a pu réaliser le parisien. C’est le cas par exemple des macarons Ladurée noirs à « semelles » rouges en septembre 2009, ou encore plus récemment de la Barbie Louboutin devenue une pièce de collection très prisée.

Malgré la réussite de ces actions, le plus gros coup marketing du créateur reste tout de même son affiliation à l’héroine de Sex and the City, j’ai nommé la sublime et adulée Carrie Bradshaw puisque c’est pour la plupart d’entre nous via cette série que nous l’avons découvert.

En dehors de ces opérations promotionnelles, Christian Louboutin a fait le choix de miser uniquement sur le produit et sa spécificité : la semelle rouge, symbole de féminité et de sensualité. Un signe qui peut paraitre anodin, mais devenu pourtant si distinctif …

Monsieur Louboutin a choisi de laisser parler le produit en le rendant unique, et donc en misant l’ensemble de sa notoriété sur cette distinction.

Ce n’est pas un hasard si Yves Saint Laurent fait actuellement l’objet d’un procès pour  « concurrence déloyale » et « violation de marque commerciale « . La marque du groupe PPR avait effectivement commercialisé des modèles d’escarpins à semelles rouges  il y’ a de cela un an.

Preuve qu’aujourd’hui ce qui n’était qu’un détail est devenu une véritable signature, mais aussi un symbole de luxe et de réussite hors du commun envié par l’ensemble des acteurs du marché.

C.

Publicités
Comments
One Response to “Christian Louboutin envahit le Design Museum de Londres.”
  1. Ladydi dit :

    Bravo pour votre article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :